Le saut à l’élastique : une activité à sensations fortes !

Publié le : 18 janvier 20225 mins de lecture

Si vous cherchez une des activités les plus excitantes ou que vous désirez vivre des sensations extrêmes avec des grands frissons, le saut à l’élastique est fait pour vous ! Les sensations fortes procurées par la chute libre provoquent une montée d’adrénaline importante qui ne manque pas de ravir tous les amateurs de sports extrêmes ou de sensations fortes.

Le saut à l’élastique : de quoi s’agit-il ?

Connu sous plusieurs autres appellations (jumping, puenting, bungee, bungie, bungy ou benji), le saut à l’élastique consiste en une activité ludique qui se pratique en plein air. A l’origine, les courageux sauteurs se lançaient dans le vide du haut d’une tour de bambous appelée Gol d’environ 25 mètres, les chevilles liées par des lianes. Actuellement, le principe reste le même : l’on se jette dans le vide, une corde élastique accrochée au torse, aux chevilles ou aux deux parties du corps simultanément. Cette activité est accessible à tous, ne nécessite pas d’entraînement ni de techniques spécifiques à condition que la personne soit en bonne condition physique. Le but est clair : d’une part, pour que les sauteurs sentent à fond les sensations extrêmes de l’impesanteur qui découlent de la chute libre. Cette chute libre est suivie de remontées et d’oscillations continues. Mais aussi, ils vivent l’expérience des effets du vertige. 

Le saut à l’élastique, est-ce bien une activité à sensations fortes ?

Vous cherchez des sensations extrêmes qui vous provoquent bien plus que des frissons ? Tentez le saut à l’élastique ! C’est une activité à sensations garanties et qui peut être pratiquée dans divers endroits : en montagne, dans le vide depuis une tour, sur une grue, un pont ou sur un tremplin de saut à ski. Il est idéal pour défier le vertige avec une grande bouffée d’adrénaline. Certaines disciplines de ce saut à l’élastique mixent randonnée pédestre, escalade, spéléo et ports d’eaux vives. Il faut donc marcher, sauter, nager dans des vasques très profondes, emprunter des toboggans naturels. C’est une activité plus qu’enivrante. Pour le plongeon de haut vol, pour trouver plus de sensations palpitant et rafraîchissant, choisissez la tête en avant pour effectuer une figure acrobatique avant de plonger dans un lac d’altitude. Les tyroliennes géantes apportent également des frissons à bon compte en survolant une station ou un site naturel avec une vitesse supérieure 100km/h. 

Comment se préparer au saut à l’élastique et quels sont les équipements nécessaires ?

Ce sont les élastiques qui sont les équipements incontournables pour un saut à l’élastique, formés à partir de fils de latex souples, rassemblés dans une enveloppe en tissu et ne doivent pas être tordus. Ils doivent être également resserrés et joints, que les mousquetons soient accrochés à leur bout. Pour que les brins se tendent mécaniquement, ces élastiques sont souvent fabriqués manuellement. Avant que le premier sauteur ne se lance, il faut faire un test avant tout départ en faisant tomber un ensemble de poids qui pèse plus lourds que le poids maximal des participants. Pour tous les participants mineurs, ils doivent obtenir l’autorisation de leurs parents pour pouvoir effectuer cette activité. Préalablement, ils doivent être soumis à une pesée pour déterminer le choix de l’élastique et les réglages à effectuer pour remplir les meilleures conditions. Avant de se lancer, le participant est attaché à l’élastique, le premier mousqueton est réservé pour les deux pieds qui sont reliés par un enroulement velcro, au niveau de chaque pied ou en joignant les deux pieds. Le second mousqueton est réservé au torse. Une chute libre proche de l’apesanteur provoque la première descente de départ pour le participant. C’est normal que de petits cris se mélangent avec un état de contentement lors de l’atteinte du bas de l’élastique. 

Plan du site